État du champ scientifique

414rs5fqqfl-_sx316_bo1204203200_La seconde moitié du XVIIIsiècle connaît un phénomène inédit de fondation d’académies de peinture et de sculpture et d’écoles de dessin dans l’ensemble des régions en France. Depuis la publication des recherches de Nikolaus Pevsner sur les Academies of Art, Past and Present en 1940, puis les travaux de Daniel Roche sur les
académies de province (Le siècle des Lumières en province. Académies et académiciens provinciaux, 1680-1789, 1978, 1989), l’intérêt d’une relecture du mouvement académique se fait jour au regard des recherches menées depuis une large décennie par des historiens de l’art, des historiens et des sociologues.

Ainsi les académies de peinture et de sculpture et les écoles de dessin ont été appréhendées comme espace de la pédagogie (R. Benhamou, R. d’Enfert, A. Lahalle) et de la valorisation artistique (G. Maës). photo-lahalleElles ont été également étudiées par le prisme des discours artistiques (A. Gobet, A. Perrin-Khelissa), dans une perspective centralisée mettant en exergue le rôle des capitales culturelles. L’académie royale de peinture et de sculpture de Paris est maintenant connue (C. Michel), celle d’architecture au regard de ses « sœurs » européennes l’est également (B. Baudez). Quant aux académies régionales, étudiées de façon monographiques (L.-H. Pérez à Lyon, M. Clerc à Grenoble…), elles sont souvent issues de travaux universitaires qui n’ont pas été publiés (F. Morvan-Becker pour Rouen, M. Guillin pour Toulouse…).

Ces dernières années, le sujet est au cœur d’une actualité tant pour les institutions universitaires que muséales : mise en ligne d’une base de données consacrée à l’école de dessin de Dijon en juillet 2014 par le Centre Georges Chevrier de l’Université de Bourgogne, recherches actuelles menées par de jeunes chercheurs (Nelly Vi-Tong à Dijon, Elsa Trani à Montpellier), exposition du musée des beaux-arts de Marseille, puis du musée des beaux-arts de Montpellier. Une nouvelle approche demande ainsi à être construite dans une perspective renouvelée de
mise en relation de ces institutions. Cette mise en relation sera appréhendée entre les académies d’art présentes sur le territoire, mais aussi avec les académies des sciences, inscriptions et des belles-lettres, les sociétés savantes, l’école des ponts et chaussées, etc.

S’inscrivant dans une longue tradition de sociologie de l’art, enrichie par les analyses de réseaux, notre programme veut apporter un éclairage original et pluriel sur les intentions et les actions de ces institutions, qui ne soit pas uniquement dans une logique d’aspiration vers Paris, mais également dans des logiques à l’échelle locale. On s’intéresse aux hommes et à leurs initiatives, plutôt qu’aux œuvres et aux collections artistiques davantage étudiées par les historiens de l’art. Parmi nos objectifs principaux émerge celui de mieux comprendre les liens que les académies entretenaient avec le monde industriel, en particulier avec les manufactures d’objets décoratifs, ce qui n’a été envisagé jusqu’alors que de manière ponctuelle. Le projet s’ouvrira à terme vers l’international, en particulier vers les pays de l’arc méditerranéen (Espagne et Italie).

⇒ Pour compléter cet état de l’art synthétique :