Description

Pot à oïlle avec couvercle de la fabrique Honoré Savy. Décor petit feu. Marseille, Musée des Arts décoratifs.

Pot à oïlle, fabrique Honoré Savy, 2e moitié XVIIIs. Marseille, Musée des Arts décoratifs.

Que fait l’art au commerce ? Comment les artistes créent-ils des ressources économiques ?  Sur quelles structures s’appuient-ils pour créer, efficacement, ces ressources ? En situant ces question dans le temps long, le programme ACA-RES a pour ambition de donner des clés de compréhension permettant de saisir le rôle des institutions artistiques dans le succès des industries du luxe et du semi-luxe. Il entend ainsi dresser un pont entre des domaines que l’historiographie a eu tendance à traiter séparément : l’art et le commerce, le monde des artistes et celui des artisans, les beaux-arts et les arts industriels.

Seconde partie de la Ville et du port de Bordeaux. Gravure de Leizel, 1770.

Port de Bordeaux. Gravure de Leizel, 1770.

Entre 1740 et 1805, la clé du développement économique des états et des régions est identifiée comme étant formative. La période est ainsi le témoin d’un phénomène inédit de création d’académies et d’écoles d’art (une cinquantaine en France) permettant la mise en place de formations en alternance réparties entre les proto-industries que sont les fabriques et les manufactures  et les cours dispensés au sein de ces institutions. Ces centres de formation sont ainsi compris comme des viviers d’artistes, d’artisans et d’entrepreneurs étant amenés à développer des centres de production et à se rendre sur des marchés concurrentiels européens et mondiaux (Amérique, Afrique du Nord et Asie).

CC Pixabay

CC Pixabay

Les notions de « circulation » et de « réseau » sont au cœur des problématiques soulevées par ACA-RES. Soutenu par le Labex Structuration des Mondes Sociaux de l’Université Toulouse – Jean Jaurès, le programme engage à réfléchir aux méthodes employées en sciences humaines, grâce à la collaboration de chercheurs issus d’horizons divers. Se questionner sur les apports de la sociologie en histoire de l’art, notamment depuis Norbert Elias (Über den Prozeß der Zivilisation. Soziogenetische und psychogenetische Untersuchungen, 1939 ; Die Gesellschaft der Individuen, 1987) jusqu’aux publications et programmes récents (Claire Bidart, Alain Degenne, Michel Grossetti (dir.), La vie en réseau. Dynamique des relations sociales, 2011 ; Labex « Institutionnalité et Historicité » / « Institutionalität und Geschichtlichkeit » de l’université de Dresde), constitue un axe fort de notre démarche.