2016

2016 voit le lancement du programme ACA-RES et le début de ses activités dans deux directions :

1) Maturation du projet scientifique d’ACA-RES et inscription dans le paysage scientifique

→ Trois temps forts ont jalonné l’année :

  • Une réunion du Comité scientifique ayant réuni douze chercheurs, des spécialistes du champ de recherche mais aussi des experts d’autres disciplines (histoire, sociologie), s’est tenue au Centre allemand d’histoire de l’art à Paris le 10 juin 2016. L’objectif était de présenter le projet, sa problématique et ses principaux enjeux, et d’obtenir un retour critique sur les hypothèses formulées et le choix des méthodes.
  • Les porteurs du programme ACA-RES ont participé à la journée d’étude « La diffusion des Lumières en Provence : l’Académie de peinture et de sculpture de Marseille » (musée des Beaux-arts de Marseille, 29 septembre 2016), qui résultait d’un partenariat entre l’UMR TELEMME de l’Université Aix-Marseille et le Laboratoire de recherche FRAMESPA. La manifestation se faisait en lien avec l’exposition « Marseille au XVIIIe siècle. Les années de l’Académie ».
  • Ont été conçues et organisées, en collaboration étroite avec le Centre allemand d’histoire de l’art en la personne de Markus Castor, des journées d’étude intitulées ACADÉMIES D’ART ET MONDES SOCIAUX (1740-1805) Fonder les institutions artistiques : l’individu, la communauté et leurs réseaux (8-9 décembre 2016). Consacrés au thème de la fondation des académies, et engagés dans une approche résolument pluridisciplinaire, les sessions de réflexion et d’échanges ont vu la collaboration d’une douzaine de chercheurs venus de territoires et d’horizons divers.

→ Le compte rendu des premières journées d’étude d’ACA-RES a été mis à disposition rapidement.

2) Mise en place des outils de recherche et intégration au programme de chargés de mission et de stagiaires

→ Trois missions ont été confiées à de jeunes collaborateurs qui nous ont aidées à poser les jalons du programme.

  • Une chargée d’études, Laëtitia Pierre, docteur de l’Université Paris I, a contribué à réaliser l’état des lieux bibliographique (traité sur ZOTERO). Nous avons par ailleurs effectué le repérage des ressources documentaires disponibles (sources d’archives conservées dans les archives municipales, départementales et les bibliothèques historiques de la soixantaine de villes concernée par notre enquête).
  • Deux chargés de mission en informatique ont contribué à fabriquer la structuration d’une base de données et à activer son fonctionnement. Le manuel d’utilisation est mise en ligne. La collecte et le traitement des informations se font au fur et à mesure ; y ont pris part deux stagiaires en Master recherche histoire de l’art moderne.
  • Pour communiquer sur notre projet, et rendre compte de ses avancées, une chargée de recherche, Clémentine Souchaud, a concouru au développement d’une interface par le moyen de la page Hypothèses.

→ De nouveaux collaborateurs et stagiaires, de plus en plus nombreux, apportent leur concours pour rédiger des « Brefs historiques », alimenter la bibliothèque numérique, la base de données et la page Hypothèses, conduire des missions de dépouillement et de numérisation dans les fonds d’archives, participer à la création d’outils de valorisation inédits.

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search