Brèves d’Hiver

Couverture du catalogue de l’exposition publié chez Somogy en 2017, photo E.R.

L’équipe d’ACA-RES visite cet hiver trois expositions sur les artistes académiciens du Midi de la France. L’occasion pour nous de croiser nos recherches avec une actualité des musées particulièrement riche.

Au musée Réattu d’Arles, avec l’exposition sur Jacques Réattu arelatensis 1760-1833. Un rêve d’artiste, accompagnée d’un catalogue très complet de Daniel Rouvier, c’est la trajectoire d’un peintre talentueux qui est mise à l’honneur. Lauréat du Grand prix de l’Académie royale de peinture et de sculpture en 1790, il part à Rome et revient dès 1793 à Marseille où de grands chantiers lui sont confiés. Il candidate au poste de directeur du musée et de l’école de dessin de Marseille, sans succès, ce qui l’amène à retourner dans ville natale, où il fonde une école de dessin en 1812, à l’origine du musée actuel.

Jérôme-René Demoulin (attribué à), « Étude pour une allégorie en l’honneur de l’Académie des beaux-arts de Montpellier », Musée Fabre, Montpellier, photo E.R.

À Montpellier, l’exposition Le musée avant le musée. La Société des beaux-arts de Montpellier (1779-1787) fait elle aussi le lien entre collections patrimoniales et anciennes institutions académiques provinciales. Organisée par le conservateur du musée Fabre, Pierre Stépanoff et avec la collaboration d’une jeune docteur, Elsa Trani, intervenante sur les premières journées d’étude ACA-RES, la manifestation fait un point monographique sur l’établissement, à l’appui d’une série de belles œuvres (peintures, sculptures, dessins, gravures). Cette visite nous rappelle également la vitalité des études menées au Département d’histoire de l’art de l’Université Montpellier III autour de la production artistique et de son contexte socio-culturel au XVIIIe siècle. On pense entre autres au mémoire de Maîtrise de Fabien Nicolas sur « Un exemple de la vie artistique en province à la fin du XVIIIe siècle : La Société des beaux-arts de Montpellier (1779-1787) » (1998, dir. Laure Pellicer) ; à celui de Pascale André sur « Abraham Fontanel (1741-1817), marchand d’art et collectionneur » (2001, dir. Laure Pellicer) ; aux actes des journées d’étude Société et culture à Montpellier vers la fin du XVIIIe siècle (1999) ; ou encore à la thèse de doctorat de Flore César sur « Collectionnisme et curiosité à Montpellier, de la renaissance à l’aube de la révolution » (2013, dir. Michèle-Caroline Heck).

Jacques Gamelin, « Le squelette » dans Le Nouveau recueil d’ostéologie et de myologie (1779)

Au musée des beaux-arts de Carcassonne, l’attention est portée au Nouveau recueil d’ostéologie et de myologie (Toulouse, J. F. Desclassan, 1778) de Jacques Gamelin (1738-1803), peintre et dessinateur ayant voyagé entre Carcassonne, Paris, Rome, Montpellier et Narbonne. Si son manuel, dédié à son mécène le baron de Puymaurin, fut un échec commercial, il montre toute l’étendue des ambitions d’un enseignement du dessin académique – tel que l’artiste le promut en tant que directeur de la Société des beaux-arts de Montpellier de 1780 à 1783.

Et cet hiver, l’appel à stages court toujours (PDF à télécharger : stages)

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.